• stage muriel léonardi mars 2011

    muriel est revenue pour 15 jours cette fois. j'ai fait 3 leçons avec elle et shadé.

    comme la dernière fois nous avons travaillé le galop en cherchant la rondeur dans l'attitude pour avoir une rondeur dans l'allure. muriel me demande de garder fort dans mes mains et de pousser dans ma jambe isolée extérieure afin que pepette vienne dessous. c'est dur mais on arrive à avoir  de jolies foulées rondes.

    comme je préparé le concours du 27 mars au tampon, elle m'a aussi fait travailler les lignes courbes au galop. au début shadé débraillé au changement de direction puis en gardant comme ça le galop et en corrigeant un peu le dessin de ma figure on a pu obtenir des lignes courbes correctes.

    on a aussi travaillé les cessions à la jambes. il faut que je pousse plus les hanches dans le mouvement en avant. sinon shadé risque d'être irrégulière (ça c'est mon inquiétude: est ce sa tâche de sueur à la tête du tibia, qui la rend ainsi parfois, ou un manque de tension ou de fixité, à surveiller) et la figure et beaucoup mieux réalisée.

    on a travaillé sur l'activité et l'impulsion, en avancant dans les allures tout en gardant devant et de même dans les transitions.

    il faut que je garde plus le contact, j'ai trop tendance à lâcher. 

    shadé a cette fâcheuse manie de souffler avec ses naseaux comme si elle se mouchait: d'après muriel, c'est une défence, un style de ras- le bol ou de "c'est trop dur "que manifeste shadé. ça c'est présenté de façon flagrante sur la 2ème reprise lors du concours du 27 où elle était bien fatiguée. 

    mais dans l'ensemble , Muriel trouve que shadé a bien progressé dans son travail depuis novembre.

    vidéo à venir.

     

    quelques points que je dois travailler avec shadé:

    ne pas la laisser m'arracher les rênes dès que je fais une transition au pas. faire disparaitre cette habitude en continuant le travail au pas.

    ou dans le même style : ne pas lâcher l'attention après le travail au galop, continuer un peu à la travailler pour éviter qu'elle me fasse des transitions dans lesquelles elle débraille, ou s'écroule.

    dans les arrêts: travailler l'immobilité. si elle bouge ou si elle recule , continuer dans sa défense en demande rle reculer sur plusieurs mètres jusqu'à ce qu'elle veuille s'arrêter, mlais non j'insiste encore quelques foulées. là elle en a marre et accèpte finalement l'immobilité dans l'arrêt.